Couleurs locales…

Jan 18, 2022 Afrique
Échafaudage artistique

Comme la végétation du bord des routes, la voiture, nos vêtements, nos chaussures, nos sacs, nos cheveux,… sont « couleur locale »… c’est un pays de poussière rouge… étonnamment les lessives qui sèchent sur les bambous au bord des routes sont d’un blanc éclatant…

Nous avons quitté pour un temps le Franc CFA pour le Franc Guinéen. Si la conversion est facile… 10 000 Francs Guinéen c’est un peu moins d’1 euros… payer un million de Francs, c’est déroutant ! Même si au final « ce n’est que 100 euros »… Nous avons donc dû changer la taille de notre porte monnaie commun… 😉

S’il n’était pas dans nos plans de visiter Conakry, capitale de la Guinée, le visa pour nous rendre en Côte d’Ivoire en a fait une destination obligatoire… Compte tenu de l’état des routes et de la circulation extrêmement dense de toutes les capitales d’Afrique, nous décidons de nous y rendre un dimanche matin, caressant l’espoir d’un déplacement rapide… Malgré tout Conakry est difficile d’accès… située sur l’étroite presqu’île de Kaloum, elle est desservie par une route à 4 voies séparée par un terre plein central sur 30 kilomètres…

Nous sommes ralenties au niveau des marchés plus ou moins grands, point de rendez vous des motos taxis… et par les « carrefours », si peu nombreux qu’on a l’impression d’une immense concentration de véhicules en tous genres… Les policiers sur place, munis de grands bâtons, sont bien impuissants dans cet enchevêtrement de véhicules… et comme il faut faire beaucoup de kilomètres pour traverser cette avenue, il est courant de voir, sur la file de droite des voitures circuler à contre sens…

Finalement, nous nous en sommes pas trop mal sorties… nous avons juste été bloquées 1 heure à la hauteur d’un des 4 « carrefours »… en plein « drive » Guinéen 😉😍… des dizaines de vendeurs déambulant entre les voitures… proposant de tout… de l’eau, des sodas, des masques, des gâteaux, des oranges épluchés, des cd, des cigarettes, de la vaisselle, des boites de mouchoirs, des pagnes,… et même des cotons tiges !

Par Dom

2 réflexion au sujet de “Couleurs locales…”
  1. Il faut beaucoup d’argent là-bas . Mais il y a des bouchons comme à Paris ,les femmes ont beaucoup de force (il n ont pas de chance).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.